Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2017

C'était le 24 octobre...

1648.
Signature à Münster (pour les catholiques) et Osnabrück (pour les protestants) des deux traités de Westphalie, mettant fin à la terrible guerre de Trente ans. Les princes allemands du Nord se voient garantir la liberté de religion et le droit d'alliance avec l'étranger. L'Alsace revient à la France. L'ordre westphalien s'installe pour deux siècles en Europe.

1870.
Adolphe Crémieux, l'un des fondateurs de l'Alliance israélite universelle, signe le décret portant son nom, accordant la citoyenneté française aux Juifs d'Algérie.

1885.
Naissance à Zichem, près de Diest, de l'écrivain flamand Ernest (Andreas Ernestus Josephus) Claes. Né dans une famille paysanne, ancien rédacteur du journal des étudiants "activistes" de Louvain, Ons Leven, il est surtout connu pour son roman picaresque De Witte (1920), traduit en français sous le titre de Filasse.

1938.
Mort à Rostock du sculpteur expressionniste allemand Ernst Barlach.

1958.
Henri Béraud.jpgÀ Saint-Clément-des-Baleines (Île de Ré), mort de l'écrivain, polémiste et journaliste lyonnais Henri Béraud. Condamné à mort à la Libération pour cause d'anglophobie, puis gracié, l'auteur du Bois du templier pendu et du Vitriol de lune (prix Goncourt 1922) avait été incarcéré pendant six ans à la centrale de Poissy puis au bagne de l'île de Ré, sur laquelle il finit sa vie. Frappé d'hémiplégie depuis 1950, il avait été libéré à la sauvette et endurait depuis cette date une lente agonie.

Commentaires

Ah là, vous touchez à un point sensible : Henri Béraud, ce merveilleux écrivain que de nombreux lecteurs ont découvert grâce à Solko.

http://solko.hautetfort.com/archive/2009/09/22/henri-beraud.html

J'ignorais qu'il fût frappé d'hémiplégie depuis 1950. J'ai mal de savoir l'extrême difficulté de ses dernières années et honte de la sauvagerie des hommes.

Écrit par : Michèle | 24/10/2009

Répondre à ce commentaire

@ Michèle : vous faites bien d'indiquer ce lien vers le blog de Solko, à l'usage de mes lecteurs, merci ! En effet, c'est au sujet de Béraud que Solko et moi-même avons pour la première fois échangé. C'était il y a très exactement un an, je crois...

Écrit par : Le Photon | 24/10/2009

Répondre à ce commentaire

Oui. Et le monde des Lettres, dans son ensemble, est toujours splendidement muet, si prolixe par ailleurs.
Réservant cet auteur à quelques happy few. Galtier Boissière, qui était allé rendre visite à Béraud l'avait trouvé méconnaissable. Certains parlèrent à son sujet de "martyre".
La sauvagerie des hommes n'a d'égale que leur stupidité, en effet.
Je ne peux qu'inviter tous vos lecteurs à se procurer sur ebay et autres sites les grands récits de Béraud.
Merci à vous et à bientôt.

Écrit par : solko | 26/10/2009

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire