Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2018

C'était le 4 février...

211.
Septime Sévère - Musée du Louvre.JPGMort à Eburacum (aujourd'hui York, Angleterre), au cours d'une campagne contre les Bretons, de l'empereur Septime Sévère. Proclamé par l'armée d'Illyrie, ce souverain dénué de patriotisme romain avait combattu les Parthes, puis gouverné en monarque absolu en s'entourant de légistes. Il avait aussi diminué les pouvoirs du Sénat et favorisé les cultes orientaux. Ses deux fils, Caracalla et Géta, rentrent à Rome. Le second sera dès l'année suivante assassiné par son frère.

1868.
rome,monarchie,royauté,absolutisme,politique,communisme,0211,1976Naissance à Londres, dans une famille de l'aristocratie protestante, de Constance Gore-Booth. Surnommée dans sa jeunesse "the new Irish Beauty", elle épousera en 1900 le comte Casimir Dunin-Markievicz, puis se liera avec Arthur Griffith, le fondateur du Sinn Féin. Ralliée à la cause du nationalisme irlandais, elle deviendra la disciple du syndicaliste Jim Larkin, porte-parole du socialisme révolutionnaire, participera à l'insurrection de Pâques 1916 et fera plusieurs séjours en prison. À sa mort, en 1927, les miséreux de Dublin défileront pendant deux jours devant sa dépouille.

1965.
Au cours d'une conférence de presse, le général de Gaulle dénonce l'hégémonie du dollar et préconise un retour à l'étalon-or. Le 11, la France quitte unilatéralement le Gold Exchange Standard.

1976.
Georges Marchais.JPGÀ l'occasion de leur 22ème congrès, à l'Île-Saint-Denis, les dirigeants du Parti communiste français, avec Georges Marchais pour secrétaire général, déclarent qu'ils renoncent définitivement à la notion de "dictature du prolétariat".

Commentaires

Sur Septime Sévère : Il avait en effet réduit le rôle du Sénat à une simple chambre d'enregistrement. D'ailleurs, selon certaine source, il avait au tout début de son règne commencé par l'humilier en exigeant la réhabilitation de Commode!

Cependant, la lecture de certains auteurs semble contestée le fait "qu'il était dépourvu de patriotisme romain". En effet, selon Lucien Jerphagnon : "S'il avait dû apprendre le latin comme une langue étrangère, ce qui lui avait laissé un soupçon d'accent, il était en tout cas plus sincèrement attaché à la grandeur romaine que bien des italiens de son temps" ("Histoire de la Rome antique - Les armes et les mots", Coll. Pluriel, Hachette, p. 387)

Écrit par : Jean de Mezzaluna | 06/02/2010

Répondre à ce commentaire

Et pourtant, Sévère n'est pas Commode !
Pardonnez-moi cette facilité, mais il fallait bien que quelqu'un la fasse : autant que ce soit moi... avant Lara ! Purée, je suis en forme, aujourd'hui :-)

Plus sérieusement : nombre de biographies ont besoin d'être dépoussiérées, de temps en temps. Certains crieront au révisionnisme... tant pis (pour eux). Ainsi de la figure de Néron. Merci à vous, en tout cas, pour cet éclairage donné par Lucien Jerphagnon, dont on retiendra aussi le "Julien, dit l'Apostat" (mais je crois que vous avez déjà évoqué cet ouvrage en ces lieux).

Écrit par : Le Photon | 06/02/2010

Répondre à ce commentaire

Je vous pardonne :-)! Pour en revenir à Lucien Jerphagnon, je suis d'accord avec vous son "Julien dit l'Apostat" est une merveille. Mais, je suis sûr que vous aimeriez également "La Tentation du Christianisme" écrit avec Luc Ferry et qui vient de paraître en Livre de Poche.

Écrit par : Jean de Mezzaluna | 06/02/2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire