Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2017

C'était le 30 septembre...

Antiquité.

Meditrina guérisseuse (bas-relief du IIème s. - Epinal).jpg

À Rome, fête conjointe de Méditrina, déesse de la vigne et des guérisons, et de Minerve, déesse de la sagesse, des sciences, des arts et des techniques de guerre.

Minerve et le Centaure - Botticelli.jpg
1871.
Au cimetière d'Ixelles (Belgique), le général Boulanger se suicide sur la tombe de sa maîtresse, la vicomtesse Marguerite de Bonnemains. Fin du boulangisme.
 
1890.
Mort à Saint-Raphaël du romancier et pamphlétaire français Alphonse Karr (Sous les tilleuls, 1832). "Défiez-vous des mots sonores, disait-il, rien n'est plus sonore que ce qui est creux".

1956.
Deux bombes posées par le FLN explosent à Alger, l'une au "Milk Bar", l'autre à la "Cafétéria". Elles font 3 morts et 46 blessés.
 
1985.
Mort à Pasadena (Californie) du géophysicien américain Charles Richter. Il avait mis au point en 1935 la première mesure quantitative de l'amplitude des tremblements de terre.

Commentaires

Bonjour!
Voilà, je suis en classe de latin et on m'a demandé de faire un exposé sur "l'intérieur d'une pharmacie" ( Première photo, que j'ai cherché pendant des heures !!!).
Pouvez-vous me donner plus d'informations( sur la déesse, ou peut être l'année de ce relief en pierre ou encore le lieu où cela a était trouvé ... ) ?
Merci d'avance, en espérant que vous m'aiderez !!
Agathe.

Écrit par : Agathe | 24/11/2009

Répondre à ce commentaire

@ Agathe :
Il s'agit d'un bas-relief du IIème siècle ap. J.-C., visible au musée d'Epinal, représentant Méditrina, fille d'Esculape, dieu de la médecine. Il a été découvert en 1841 à Grand (Vosges).
Comme vous l'évoquez, ce bas-relief a été interprété comme l'intérieur d'une pharmacie antique, où l'on verrait la déesse accompagnée d'un apothicaire préparant un remède. Voir ici :
http://www.shp-asso.org/index.php?PAGE=gaulois

Cette interprétation repose sur une étymologie selon laquelle Méditrina signifierait "atelier où l'on soigne" : "Medi" = medeor (guérir) ; "trina" = lieu, endroit (comme dans "latrines").

Cette étymologie est toutefois contestée, notamment par Georges Dumézil (voir page 96) :
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rhr_0035-1423_1977_num_191_1_6571

La première partie du nom de la déesse, "Médi", aurait bien "medeor" pour racine (cohérente avec la "généalogie" de la déesse, et donnée par allusion aux vertus curatives d'un mélange de vin ancien et nouveau, consommé à l'occasion de la fête des vendanges dite "meditrinalia").
Mais la seconde moitié ne serait que le fruit de la contraction du terme "meditrinalia", ce qui exclurait qu'il signifie "lieu, endroit, atelier". Par conséquent, le bas-relief ne représenterait pas une "pharmacie", mais un lieu de préparation du vin nouveau (ou du mélange évoqué ci-dessus).

Ajoutons que Méditrina semble être une déesse tardive, dont l'association aux meditrinalia n'est mentionnée qu'à partir du IIème siècle après J.-C. par le grammairien romain Sextus Pompeius Festus, qui vivait en Gaule narbonnaise, réputée pour sa production vinicole.

Écrit par : Le Photon | 25/11/2009

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire