Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2017

C'était le 12 octobre...

Antiquité.
À Rome, fête des Augustales, en souvenir du retour d'Auguste après sa victoire en Orient sur les Parthes.

1913.
Réunis depuis deux jours au sommet du Haut-Meissner, au sud-est de Kassel, pour commémorer le 100e anniversaire de la bataille de Leipzig, plus de 2 000 jeunes Allemands, garçons et filles, décident de créer une fédération des ligues de jeunesse "randonneuses" issues du Wandervogel (Oiseau migrateur), qui prend le nom de Jeunesse libre d'Allemagne (Freideutsche Jugend). Elle déclare vouloir "construire sa volonté et sa responsabilité propres conformément à sa vérité intérieure".

1936.
Miguel de Unamuno.jpgDans un salon de l'Université de Salamanque, une violente altercation oppose le philosophe Miguel de Unamuno au général Millan Astray, fondateur de la Légion étrangère espagnole. Répondant à un propos acerbe d'Unamuno par le cri célèbre : "À bas l'intelligence ! Vive la mort !", Astray provoque l'indignation de l'épouse du général Franco. Elle quitte ostensiblement la salle, accompagnée d'Unamuno.

Commentaires

Précisons quand même, cher Photon, qu'Unamuno avait tout d'abord accueilli favorablement l'arrivée de Franco, avant de prendre ses distances et de tenir des propos assez acerbes envers le nouveau régime:

" Cette université est le temple de l’intelligence et je suis son grand prêtre. Vous profanez son enceinte sacrée. Malgré ce qu’affirme le proverbe, j’ai toujours été prophète dans mon pays. Vous vaincrez mais vous ne convaincrez pas. Vous vaincrez parce que vous possédez une surabondance de force brutale, vous ne convaincrez pas parce que convaincre signifie persuader. Et pour persuader il vous faudrait avoir ce qui vous manque : la raison et le droit dans votre combat. Il me semble inutile de vous exhorter à penser à l’Espagne. J’ai dit... "

Il sera assigné à résidence et mourra peu après, en disgrâce.

Écrit par : Feuilly | 12/10/2009

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire